Contribuer à mettre en place une économie circulaire

Demain, tous circulaires ? De plus en plus d’entreprises s’engagent aujourd’hui sur la voie de l’économie circulaire. En tant que leader de la valorisation des déchets de bureau, Recygo les accompagne dans leur transition écologique.

banner

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

L’économie circulaire consiste à produire des biens ou des services en limitant au maximum son impact environnemental, c’est-à-dire en réduisant tant que possible la consommation de matières premières, d’eau ou d’énergie, mais aussi la production de déchets et autres rejets.

Pour y parvenir, une approche dite circulaire est indispensable : dès la conception du produit, les notions de recyclage, réparation, réemploi, mais aussi de sobriété, sont intégrées. On sort alors de la logique du tout-jetable de l’économie linéaire (qui peut se résumer par : extraire, fabriquer, consommer, jeter) qui a prédominé jusqu’à présent… le plus souvent au détriment de la planète.

L’économie circulaire a pour objectif d’être durable, respectueuse de l'environnement et aussi de l'humain.

L'économie circulaire en France

L’économie circulaire ferait vivre aujourd’hui près de 800 000 personnes en France. Le gouvernement a calculé qu’elle pourrait créer dans les années à venir 300 000 nouveaux emplois, le plus souvent non-délocalisables, notamment dans les filières de réparation ou de recyclage des déchets.

En 2016, les pouvoirs publics ont souhaité inciter les entreprises et les industriels à s’impliquer davantage dans l’économie circulaire. Les ministères de la Transition écologique et solidaire et de l'Economie ont donc créé les « engagements pour la croissance verte », inspirés des Green Deals néerlandais. Il s’agit d’engagements contractuels entre entreprises et pouvoirs publics visant à soutenir des projets industriels circulaires innovants. Depuis qu’ils existent, ils ont par exemple permis de développer, une filière de recyclage du verre acrylique ou encore de valorisation des vêtements professionnels !

Quels sont les 7 piliers de l'économie circulaire ?

L'Ademe (Agence de la transition écologique) définit l'économie circulaire comme une boucle reposant sur sept piliers : 

L'approvisionnement durable

Toute production nécessite matières premières. Par approvisionnement durable, on entend tout mode d’extraction et/ou d’exploitation des ressources naturelles permettant de limiter la dégradation de l’environnement, le gaspillage, les rejets de gaz à effet de serre (GES), mais aussi les impacts négatifs sur les populations. En entreprise, les politiques d’achats durables visent donc à identifier les ressources et services à faible impact environnemental.

L'éco-conception

L’éco-conception consiste à intégrer l’empreinte environnementale d’un bien ou d’un service dès sa conception ou son développement. Elle concerne donc aussi bien le produit que les procédés de fabrication. Les entreprises circulaires fondent leurs choix sur des analyses de cycle de vie (ACV) qui mesurent l’impact écologique de leurs projets de A à Z.

L'écologie industrielle et territoriale

EIT, pour écologie industrielle et territoriale, est un mode d’organisation économique entre entreprises pensée comme un écosystème sur un territoire donné. On l’appelle aussi symbiose industrielle. Clé de voûte de l’économie circulaire, l’écologie industrielle et territoriale vient rompre avec la vision compétitive pour développer des liens collaboratifs. Ressources, énergies, eau, déchets, équipements ou savoir-faire… Le partage et la mutualisation priment.

L'économie de la fonctionnalité

Dans le même esprit que l’écologie industrielle, l’économie de la fonctionnalité privilégie l’usage à la possession, et donc la vente de services autour des produits plutôt que les produits eux-mêmes. « L’objectif économique en est de créer une valeur d’usage la plus élevée possible pendant le plus longtemps possible, tout en consommant le moins de ressources matérielles et d’énergie possible », expliquait en 2006 Walter Stahel, grand théoricien de l’économie circulaire.

La logique de consommation-destruction laisse donc la place à une logique de fonctionnalité et d’optimisation. Pour les entreprises comme pour les particuliers, il s’agit d’un profond changement de culture. L’économie de la fonctionnalité a pour vertu de favoriser localement la création d’écosystèmes de coopération entre citoyens, associations, collectivités et entreprises.

La consommation responsable

La consommation responsable se fonde sur la conviction que tout achat est un acte qui engage vis-à-vis de l’environnement. Avant d’acheter un bien ou un service, il est donc désormais indispensable de prendre en compte les impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie du produit. Une forme de sobriété s’impose aussi dans l’utilisation.

banner

L'allongement de la durée d'usage

La protection des ressources implique un allongement de la durée de vie des objets. Pour le consommateur, cela implique de sortir d’une logique du tout-jetable pour privilégier la réparation, le réemploi, le don ou encore le marché de l’occasion. De leur côté, les industriels sont invités à concevoir des produits plus résistants et réparables.

Le recyclage et la valorisation des déchets

Car il permet de produire des biens et des services en réduisant le gaspillage des matières premières et la surconsommation, le recyclage occupe une place centrale dans l'économie circulaire. Par la notion de seconde vie, il participe à créer une boucle entre production et consommation, mais aussi à sensibiliser les consommateurs à travers un geste simple et porteur de sens : le tri.

La boucle est bouclée. Les ressources du recyclage contribuent à alimenter l'approvisionnement durable (retour au premier pilier !).

banner

Le saviez-vous ? Le développement d’activités de réparation des produits usagés, de réutilisation ou de recyclage des déchets pourrait créer jusqu’à 25 fois plus d’emplois que la mise en décharge de ces déchets, selon le ministère de la Transition écologique.

Économie circulaire : quels avantages pour les entreprises ?

Performance, innovation, bien-être des employés, image vis-à-vis du public… Les avantages de l’économie circulaire pour les entreprises sont nombreux.

Sur le seul volet de l'éco-conception, l’Ademe a mesuré que la marge bénéficiaire des produits éco-conçus était supérieure de 12% en moyenne aux produits conventionnels. L’éco-conception pourrait aussi aboutir à un gain de performance considérable en faisant baisser les coûts de production de -20%. 

Une étude récente du cabinet Deloitte a listé les atouts de l’économie circulaire dans la phase de fabrication d’un produit :

  • Réduction des coûts d’approvisionnement en matières premières et diminution du risque de rupture d’approvisionnement
  • Amélioration de la productivité
  • Simplification des processus de production
  • Développement des relations de confiance avec les fournisseurs et les consommateurs
  • Stimulation de l’innovation
  • Réduction des externalités négatives
  • Création d’emplois locaux…

Le recyclage et la notion d'économie circulaire deviennent des priorités pour de nombreuses entreprises. Et c'est souvent dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) que s'inscrivent les stratégies de développement durable.

Que dit la législation française ?

En avril 2018, la France a publié une feuille de route « économie circulaire » pour engager la transition écologique. Ses objectifs sont larges : ils visent à réduire de 30% d'ici à 2030 la consommation de ressources par rapport à 2010, ou encore à économiser l'émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année grâce au recyclage du plastique.

Dans la loi française, plusieurs textes abordent la question de l’économie circulaire. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été promulguée le 10 février 2020. Elle se décline autour de cinq axes :

  1. Sortir du tout jetable
  2. Mieux informer les consommateurs
  3. Lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire
  4. Agir contre l’obsolescence programmée
  5. Mieux produire

Les entreprises sont directement concernées. Cette loi fixe notamment la fin du plastique jetable d’ici 2040, renforce l’information des consommateurs par la mise en place d’un logo unique pour le tri (Triman) ou encore la création d’un indice de réparabilité pour lutter contre l’obsolescence programmée.

Pour rappel, l'économie circulaire était déjà au cœur de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) du 18 août 2015. Production et consommation durables, réduction du plastique, gaspillage alimentaire, gestion des déchets… La loi brossait presque toutes les facettes. L’année suivante, le décret du 10 mars 2016, appelé « décret 5 flux » a rendu obligatoire le tri des déchets pour les entreprises.

A l’échelle européenne, l’économie circulaire a été érigée au rang de priorité stratégique via le Pacte vert de la Commission européenne. Un nouveau plan d’action pour l’économie circulaire, après celui de 2015, a été présenté en 2020. Il prévoit de renforcer l’action de l’Union européenne autour des produits durables et de l’éco-conception, mais aussi dans le champ de la réduction des déchets. Grande première, l’idée d’un droit à réparer fait son apparition.

Comment RECYGO soutient l'idée que l'économie circulaire doit être solidaire

Depuis sa création, Recygo défend l’idée d’une économie circulaire solidaire par nature. La solidarité passe par la valorisation du tissu économique et social local. Concrètement, le tri et la collecte des déchets de bureau, leur transport et leur recyclage mobilisent de nombreux professionnels dans toute la France près de chez vous. Depuis les facteurs de La Poste jusqu'aux spécialistes du tri des centres SUEZ, ce sont autant d'emplois durables non délocalisables rendus possibles grâce au tri des déchets.

Recygo a souhaité confier le tri des papiers collectés à des acteurs de l’économie sociale et solidaire, dont l'entreprise d'insertion Nouvelle Attitude. Filiale de La Poste et structure d'Insertion par l'activité économique agréée par l’Etat et Pôle Emploi, son projet est circulaire, mais aussi solidaire et social, puisqu’elle accompagne ses salariés dans leur insertion professionnelle.

Favoriser les filières locales pour ne jamais perdre de vue les principes de l'économie circulaire, c’est l’engagement de Recygo. Les papiers de bureau collectés par nos soins sont acheminés vers des papetiers recycleurs exclusivement situés en France.

Entrez dans la boucle de l'économie circulaire avec RECYGO !

La force de l’économie circulaire réside dans sa capacité à mobiliser et produire du sens. Nos solutions sont conçues pour donner envie à toutes et tous de trier, consommer mieux et adopter des comportements plus éco-responsables au bureau. Bienvenue dans le cercle !

Tri et recyclage des déchets de bureau

Des services avec ou sans engagement pour trier et recycler tous les déchets de bureau : papier, bouteilles plastiques, canettes cartons, etc.

Fourniture de bureau issues de matières recyclées et made in France

Des écoproduits pour consommer responsable au bureau ou éviter la production de déchets : papiers 100% recyclés, fabriqués à partir de papiers recyclés en France, papier essuie-mains 100% recyclé, mugs en verre, etc.

banner

Un abonnement comprenant la fourniture de papiers 100% recyclés...et leur recyclage en France !

Avec RENOOVO Abonnement, il n'a jamais été aussi simple de mettre en place une démarche d'économie circulaire au bureau ! Votre abonnement comprend :

  • la fourniture de papiers 100% recyclés, fabriqués en France
  • les contenants pour les trier dans vos bureaux,
  • leur collecte par votre facteur,
  • le recyclage de vos papiers en France.

banner

Contactez-nous
ou demandez votre devis personnalisé

Pour nous appeler: 01 73 28 40 30
Prix d'un appel local
01 73 28 40 30
Prix d'un appel local
contactez-nous